CONSEILS

Préparer son départ

Avant de prendre la décision d’organiser vos funérailles, notamment dans le cadre d’une assurance funéraire personnalisée, vous devez vous poser les questions importantes : crémation, enterrement, forme de la cérémonie, choix des textes, choix de la musique, endroit de la cérémonie et entreprise de pompes funèbres. Il est important de connaître les souhaits de dernière minute qui vous tiennent à cœur au moment de dire au revoir.

Demander des informations

Informations pratiques sur la préparation de vos funérailles de votre vivant : procédures pour les funérailles

L’organisation d’un enterrement de votre vivant est une mesure qui peut soulager votre famille et vos amis et garantir que vos dernières volontés soient respectées.

Après avoir choisi votre assurance grâce à un comparatif d’assurance obsèques, vous aurez alors le choix entre une inhumation et une crémation. Toutefois, au fur et à mesure des événements, il n’y a pas beaucoup de différence entre la crémation et l’enterrement.

Une inhumation ou une crémation se fait souvent dans des conditions identiques.

1. Déplacement de la personnes décédée

Le défunt peut être transporté de deux manières :

En amont : à la date du décès.

Les décès à l’hôpital surviennent dans 90 % des cas. Par conséquent, le corps sera placé dans un endroit réfrigéré avant d’être déplacé sur le lieu de la manifestation.

Parfois, cependant, les décès peuvent survenir dans la rue ou dans un lieu privé. Dans ce cas, le transport du défunt, appelé  » open face transport « , aura lieu entre le lieu du décès et la chambre funéraire.

Toutefois, si la personne décède à la maison, à l’hôpital ou dans un établissement de soins, il n’est pas nécessaire de transporter le corps, sauf si la famille le demande.

En aval : du funérarium au lieu de la cérémonie

C’est le moment où le défunt sera transféré de la chambre froide ou de la maison au lieu de la cérémonie.

2.  Les frais de transport

Ils sont basés sur une échelle de kilométrage. En outre, des frais de péage peuvent être appliqués.

Le coût d’un trajet est généralement d’environ 1 € par kilomètre, sans oublier que vous êtes responsable du trajet de retour. Si le transport est de 50 km dans un sens, vous paierez par exemple 100 € pour le retour.

3.  Recours au rapatriement à l’étranger

Dans certains cas, les gens décident de faire rapatrier le corps du défunt pour l’enterrer dans le pays d’origine. Vous pouvez le faire par la route ou par avion. Ce service peut être offert par la société de pompes funèbres et le transport peut être pris en charge, ainsi que les nombreuses formalités administratives (autorisation de fermeture du cercueil par les différentes autorités telles que la commune, le consulat, etc.)

Quelques entreprises de pompes funèbres disposent d’un agrément douanier et d’une certification IATA. Elles ne doivent donc pas passer par des intermédiaires et sont en relation directe avec les sociétés d’aviation.

Certaines entreprises de pompes funèbres ont une assurance rapatriement qui prend en charge les frais de transport.

4.  A propos du transfert de l’urne

Immédiatement après la crémation, vous pouvez faire transporter l’urne pour disperser les cendres. Notez que la conservation d’une urne dans un lieu privé sécurisé est interdite en France.

Il est possible de faire transporter l’urne par n’importe qui sans autorisation préalable. En outre, il est également possible de transporter l’urne par voie aérienne (sous réserve d’un conditionnement approprié, d’un certificat de décès et de crémation) ou par courrier.

5.  A propos de la thanatopraxie

La Thanatopraxie, nommée d’après Thanatos, le Dieu grec de la mort, représente la préparation mortuaire du défunt.

C’est l’art de préserver le corps en injectant des produits (formaldéhyde) et en utilisant du maquillage. Les proches du défunt ont le droit de contrôler la thanatopraxie qu’elles peuvent refuser. Elle est autorisée pour les catholiques et les protestants, mais interdite pour les musulmans et les juifs, les bouddhistes et les hindous (sauf pour le rapatriement).

6.  La procédure de mise en bière

Dans le cas d’une inhumation ou d’une crémation conventionnelle, le corps est placé dans le cercueil.

Il existe une aération obligatoire en France, même pour une crémation. Toutefois, les pompes funèbres sont responsables de la mise en bière qui peut être faite :

Aux pompes funèbres

A la clinique ou à l’hôpital

Dans une maison de retraite

A la maison

Il est déconseillé à la famille d’assister à la mise en bière, bien que cela ne soit pas conseillé. La relocalisation du corps sans vie d’un proche peut être un choc pour les membres de la famille.

Un cercueil peut être laissé ouvert pendant quelques heures ou quelques minutes pour permettre à la famille de s’appuyer une dernière fois sur la personne avant que le cercueil ne soit fermé.

En effet, la procédure de mise en bière remonte à l’Antiquité. Il s’agissait du brancard sur lequel le corps du défunt reposait avant d’être enterré. Elle est encore utilisée aujourd’hui et fait référence à la mise en bière dans le cercueil.

7.  La chambre froide

Pièce froide où le corps est déposé entre le moment du décès et les obsèques. Les proches et la famille du défunt sont autorisés à venir se recueillir sur le corps, et celui-ci peut rester dans la chambre froide pendant quelques jours.

8.  La cérémonie funéraire

Il peut s’agir d’une cérémonie religieuse ou civile, selon le choix de la famille ou du défunt. Il n’y a pas de différence entre une inhumation religieuse et une inhumation civile, et les procédures administratives sont les mêmes.

En ce qui concerne l’enterrement civil, il a généralement lieu directement sur le lieu d’inhumation (sauf le dimanche), mais la chambre funéraire ou le crématorium peuvent également être utilisés.

Que vous choisissiez de préparer un enterrement par inhumation ou par crémation, plusieurs options s’offrent à vous.

Le choix de l’inhumation ou de la crémation est un choix personnel mais aussi une décision de la famille concernée. Parfois, les membres de la famille aiment se réunir sur une tombe, tandis que d’autres n’en ressentent pas le besoin. Chacun doit consentir à ce choix.

Il est plus coûteux pour une inhumation (entre 2 500 et 15 000 euros) que pour une crémation (entre 1 000 et 3 000 euros). Le prix d’une crémation peut être plus élevé qu’une inhumation conventionnelle (frais de crématorium élevés).

En ce qui concerne l’organisation, il n’y a pas de différence entre une crémation et un enterrement. L’organisation est la même pour une crémation ou un enterrement. Dans les deux cas, il est important de savoir où vous voulez que votre corps soit enterré et où vous voulez que vos cendres soient dispersées par le vent.

Où pouvez-vous organiser votre enterrement ?

Vous pouvez organiser vos funérailles de votre vivant, avec l’aide de l’assurance obsèques. Cependant, il est essentiel de le faire pour apporter un soulagement moral et financier à vos proches en payant à l’avance les services funéraires.

Sélection de services funéraires

Il existe plusieurs entreprises qui offrent des services funéraires qui peuvent se révéler différents :

Partenariat public-privé pour certaines villes

Association ou organisation mutualiste

Investisseurs financiers étrangers

Entreprise familiale privée ou franchisée

Il existe de nombreuses façons de choisir.

Le funérarium a été choisi à l’avance par le défunt qui sera désignée comme bénéficiaire selon le contrat, ce qui lui permet de payer ses funérailles à l’avance.

Il a ainsi pu payer ses obsèques à l’avance. Il incombe à l’entreprise de pompes funèbres de prendre les dispositions nécessaires pour l’inhumation ou la crémation du défunt.

La famille doit rechercher un funérarium dans les 24 heures après la mort du défunt.

L’assurance obsèques peut être souscrite dix ou vingt ans avant le décès du souscripteur. Pendant cette période, l’entreprise peut avoir fait faillite.

Si vous souhaitez trouver une entreprise de pompes funèbres, il y a plusieurs façons de le faire :

Consultez la liste des entreprises de pompes funèbres de la commune à la mairie, à la préfecture de police ou dans les annuaires.

Télécharger la liste des entreprises de pompes funèbres hors de la municipalité

Il est important de les contacter par courriel ou par téléphone pour avoir le maximum d’informations :

Les frais facturés par l’entreprise de pompes funèbres pour les démarches officielles (par exemple, le creusement d’une tombe).

Frais de véhicule d’inhumation et de transporteur

Vous devez présenter rapidement la situation, en précisant la date du décès, s’il s’agit d’un enterrement ou d’une crémation, et le lieu de la cérémonie.

N’oubliez pas non plus qu’en attendant la signature du devis, envisagez de faire appel à une autre entreprise. En effet, cette décision, souvent prise à la hâte, est susceptible d’être révoquée dans les 48 heures environ qui suivent le décès.

L’organisation des obsèques

Il y aura quelques variations dans la cérémonie funéraire, en fonction de la nature de la cérémonie, de l’enterrement ou de l’incinération.

Toutefois, lors de la planification des funérailles, il est important de se rappeler qu’une cérémonie religieuse nécessite plus de planification qu’une cérémonie civile. Il est toujours conseillé d’organiser ses funérailles de son vivant ou, au minimum, d’en discuter avec sa famille et ses amis afin qu’ils sachent ce qui est vraiment significatif pour vous.

Les étapes de la crémation

Dans la pièce de séjour du crématorium, où la famille peut venir se recueillir, le corps du défunt est placé dans un cercueil.

Commence alors la crémation, où seul le corps est incinéré (sans le cercueil). Après environ 90 minutes de crémation, un « cendrier » est placé dans l’urne où les cendres sont récupérées et placées dans le crématorium.

Prudence !

Une autorisation du maire de la municipalité où le décès a eu lieu est nécessaire.

Une urne peut être placée dans la tombe familiale ou dans un monument cinéraire ou une grotte d’incinération.

Moyennant paiement et autorisation préalable, les cendres peuvent être dispersées dans la campagne (mer, montagne, campagne). Les lieux publics et les routes ne peuvent pas être utilisés à cette fin.

Vous pouvez disposer de vos cendres dans la mer. Il est possible d’immerger les cendres dans la mer. Toutefois, l’urne doit être biodégradable.

Il n’est pas possible de disperser les cendres dans les rivières.

Procédure à suivre pour la mise en terre

Il est transporté au cimetière par un convoi funéraire, puis porté au caveau par les porteurs. Pendant ce temps, la famille dispose d’un moment pour réfléchir au cercueil ou pour rendre un dernier hommage au défunt. Ils placeront le cercueil soit dans un coffre-fort, soit dans le sol. Le cercueil sera ensuite ouvert et le cercueil placé à l’intérieur. Ensuite, le cercueil sera simplement fermé.

Pour l’inhumation, c’est probablement la partie la plus coûteuse de l’enterrement : si aucun caveau familial n’est disponible, le marbre d’un tombeau en construction. La planification de votre enterrement est importante pour les personnes qui vous sont chères ainsi que pour vous-même, et les funérailles seront un véritable témoignage à la hauteur de votre vie.

La cérémonie religieuse

Si la cérémonie est religieuse, un salon funéraire / chambre froide ou une résidence permettra de transporter le corps jusqu’au lieu de culte pour une cérémonie religieuse, avec des prières fréquentes, ainsi que des lectures de textes, des chants et des hommages finaux. Ensuite, le cercueil quitte le public pour être acheminé soit dans une cortège funéraire, jusqu’au lieu où le corps sera incinéré ou enterré.

La cérémonie civile et sa procédure

Le caractère laïc d’une cérémonie civile permet une plus grande liberté dans le déroulement de la cérémonie. Les livres, les vers, les poèmes et les hommages peuvent être exécutés soit dans la chambre funéraire, soit dans la résidence, soit sur le lieu de l’enterrement, soit au crématorium. Il est possible que la société des pompes funèbres joue un rôle plus important dans la cérémonie funéraire, par exemple lors de la lecture publique d’une brève biographie de la personne décédée.

Ce sont tous de modestes actes qui sont importants pour honorer le défunt. Organiser des funérailles peut être un véritable soulagement pour votre famille et vos amis.

Les options possibles par rapport à des funérailles traditionnelles

La pratique de l’incinération est aussi ancienne que l’histoire de l’humanité et a été favorisée dans de nombreuses civilisations anciennes, mais elle n’a retrouvé sa place en France que ces dernières années. La crémation est toujours une méthode alternative de planification des funérailles.

Comment décider d’une urne

A la sortie du crématorium, les cendres sont collectées et placées dans une urne funéraire, qui est ensuite plombée.

Le choix d’une urne n’est pas une étape insignifiante et toutes les urnes ne sont pas identiques. Cependant, certaines urnes peuvent être personnalisées par vous-même ou par un artiste.

Une urne incinérée peut être placée dans un caveau ou dans un monument cinéraire. Le matériau choisi n’aura pas beaucoup d’importance dans ce cas.

Vous pouvez faire sceller l’urne sur un monument commémoratif ou la placer dans un columbarium.

Les cendres peuvent également être dispersées dans des jardins commémoratifs ou à la campagne (loin des lieux et des voies publiques) comme la mer, les bois ou les montagnes.

Les cendres peuvent également être dispersées dans un columbarium. Si vous souhaitez que votre urne soit immergée dans la mer, elle devra alors être compostable. Préparer ses funérailles, c’est aussi réfléchir au choix de l’urne.

Un cercueil écologique

Dans le monde moderne, l’enterrement peut être un acte de retour à la nature, comme les capsules funéraires qui se transforment en arbre après la mort, ou même les cercueils organiques.

Cela ressemble au cas d’un cercueil biologique, où le cercueil se décompose naturellement. Il peut être en carton, en bambou ou en papier mâché. Un cimetière entièrement biologique peut également être choisi.

Faire don de son corps au service de la science

Il est avantageux de faire don de son corps à la science. Les frais d’inhumation ou d’incinération sont entièrement pris en charge par l’établissement de santé ou de formation, mais les frais de transport peuvent être pris en charge par vous. Il est important de vérifier auprès de l’institution à laquelle le corps est donné.

En effet, un certain nombre de personnes veulent que leur corps serve utilement.

Il s’agit d’un processus personnel et volontaire qui permet aux futurs médecins de mieux comprendre l’anatomie d’une personne et son comportement.

Il est nécessaire à cet effet de contacter l’une des 28 universités médicales référencées et de fournir une lettre type indiquant le corps de la personne ainsi qu’un formulaire de demande.

Le fait de léguer son corps à la science ne signifie en rien que l’on puisse faire un don d’organe. Vous pouvez changer d’avis quand vous voulez. Le don de son corps à la science est une pratique plus courante en France que dans certains pays européens, comme l’Autriche, motivée par le fait qu’elle sert la science et n’implique pas de frais funéraires.